Sport

MONDIAL 2018 : ALEX IWOBI SUR LES TRACE DE SON ONCLE

Le talentueux attaquant d'Arsenal Alex Iwobi veut faire mieux que son illustre oncle (Jay-Jay Okocha), éliminé en huitièmes de finale avec le Nigeria lors du Mondial 1998.

C’est l’histoire d’un jeune homme qui a eu le choix entre l’Angleterre, son pays d’adoption dans lequel il est arrivé à l’âge de quatre ans avec ses parents, ou le Nigeria : patrie de sa famille et de son oncle célèbre, Jay-Jay Okocha. Footballeur au talent précoce, Alex Iwobi a fait toutes ses classes de footballeur avec le club d’Arsenal, des équipes de jeunes qu’il a intégré alors qu’il était encore à l’école primaire à l’équipe première dont il a enfilé le maillot pour la première fois à 19 ans.

Il aurait pu devenir définitivement anglais. Le jeune attaquant a connu ses premières capes internationales avec les sélections des moins de 16 ans, moins 17 ans, puis moins de 18 ans des Three Lions. Avant de ne plus être appelé dans le groupe des espoirs anglais et de se tourner vers le Nigeria. À l’automne 2015, ce retournement de situation avait fait grand bruit dans la presse britannique qui se lamentait de perdre un grand talent.

Déjà buteur face à l’Argentine

Après sa première titularisation en Ligue des champions en mars 2016 face au FC Barcelone, Alex Iwobi avait reçu les louanges de l’ancien international français Thierry Henry : « Il était courageux avec le ballon, calme à l’approche de la surface de réparation adverse et a justifié tout l’investissement que l’académie d’Arsenal a fait avec lui. Il est le parfait exemple de comment un jeune doit se comporter pour arriver au top ».

C’est l’histoire d’un jeune homme qui a eu le choix entre l’Angleterre, son pays d’adoption dans lequel il est arrivé à l’âge de quatre ans avec ses parents, ou le Nigeria : patrie de sa famille et de son oncle célèbre, Jay-Jay Okocha. Footballeur au talent précoce, Alex Iwobi a fait toutes ses classes de footballeur avec le club d’Arsenal, des équipes de jeunes qu’il a intégré alors qu’il était encore à l’école primaire à l’équipe première dont il a enfilé le maillot pour la première fois à 19 ans.

Il aurait pu devenir définitivement anglais. Le jeune attaquant a connu ses premières capes internationales avec les sélections des moins de 16 ans, moins 17 ans, puis moins de 18 ans des Three Lions. Avant de ne plus être appelé dans le groupe des espoirs anglais et de se tourner vers le Nigeria. À l’automne 2015, ce retournement de situation avait fait grand bruit dans la presse britannique qui se lamentait de perdre un grand talent.
Déjà buteur face à l’Argentine

Après sa première titularisation en Ligue des champions en mars 2016 face au FC Barcelone, Alex Iwobi avait reçu les louanges de l’ancien international français Thierry Henry : « Il était courageux avec le ballon, calme à l’approche de la surface de réparation adverse et a justifié tout l’investissement que l’académie d’Arsenal a fait avec lui. Il est le parfait exemple de comment un jeune doit se comporter pour arriver au top ».

Le Nigeria a déjà pu apprécier sa maturité dans les matchs importants. Alex Iwobi a marqué deux buts décisifs face à la Zambie – un au match aller, l’autre au match retour – dans la phase de qualification pour la Coupe du monde. Il a également brillé en match amical face à l’Argentine offrant, grâce à un doublé, une victoire de prestige aux Super Eagles (4-2) face à un adversaire qu’ils retrouveront dans leur poule en Russie, en compagnie de l’Islande et la Croatie.

Explosif sur ses démarrages, excellent dribbleur, Alex Iwobi possède également un sens du placement acquis sous l’égide d’Arsène Wenger. Il formera avec Victor Moses, le buteur de Chelsea, une paire très dangereuse sur la ligne d’attaque du Nigeria au Mondial.

Autres aticles de la rubrique

Vidéo du jour

Duel de la semaine

Newsletter

Je souhaite rester informé et recevoir toutes les informations d'Afro10 dans ma boite mail